Le Mess des Officiers

Lieux de détente et de loisir, ces endroits permettent à leurs membres respectifs de se réunir et de fraterniser à la fin de la journée ou lors de réceptions intimes.

Le Mess…

Le magnifique mess des officiers des Fusiliers Mont-Royal, tel qu’on le connaît aujourd’hui, est l’œuvre de plusieurs générations.

Son aspect actuel s’est forgé au cours des années, mais on peut affirmer que la majeure partie de son aspect actuel remonte à la période entre les deux guerres, bref entre 1920 et 1939. Les bustes des colonels honoraires A. E. Labelle et Rodolphe Forget, qu’on retrouve dans la salle d’armes, remontent probablement à l’origine du manège et du mess, bien qu’on ne possède aucune documentation historique concernant l’aménagement du mess comme tel. Toutefois, il est logique de penser ainsi, puisque le brigadier général Labelle et le grand financier Rodolphe Forget sont les deux pionniers à qui l’on doit la levée de fonds qui a permis la construction de notre manège régimentaire qui célèbrera, en 2010, son centenaire.

Le foyer date de la même époque et a été offert au régiment par l’architecte du manège en collaboration avec l’entrepreneur, tel qu’en fait foi une plaque commémorative. Les cases de drapeaux aux trois coins de la salle d’armes remontent au commandement du lieutenant-colonel J. P.C. Gauthier, dans les années 1950, à l’occasion de la remise au régiment de nouveaux drapeaux. La troisième case a été réalisée un peu plus tard, à la fin du régime Duplessis, lorsque le premier ministre du Québec a présenté au régiment le drapeau fleur-de-lys que le parlement québécois venait d’adopter comme emblème officiel.

Le magnifique tapis rouge portant la Grenade aux quatre coins est un cadeau du président du Club des officiers de l’époque, Guy Vandelac, vétéran de Dieppe. La décoration intérieure de la Salle d’armes a été rafraichie dans les années 1980. L’aménagement électrique fait de baïonnettes dans la salle principale du mess date de la période d’après la Première Guerre mondiale.

Quant au bar, il aurait été offert au régiment par la distillerie Seagram au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Il est probable que la salle de cartes, (Salle du colonel Hector Prévost), où se trouve une riche bibliothèque, ait fait partie des mêmes travaux, puisque ce sont les mêmes boiseries qui ornent cette salle que celles du bar.

Le mess contient plusieurs autres trésors, comme des drapeaux, des médailles datant de la campagne du Nord-Ouest, des photos et un magnifique tableau représentant la prise de la ferme de Beauvoir par le régiment en 1944 ainsi qu’une plaque avec le nom de tous les officiers du régiment tués lors de la Deuxième guerre mondiale.

Brigadier général Richard Genin.

Cette note est également disponible en: Anglais

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum