La légion Jean Brillant

Croix de Victoria – Première Guerre mondiale, 1914-1918
Jean Brillant est né à Assemetquaghan, au Québec, le 15 mars 1890. Ayant déjà servi au sein de la milice canadienne, il s’enrôla au sein du 189e bataillon d’infanterie du Corps expéditionnaire canadien (CEC) en 1915. Vers la fin de l’année 1916, il fut muté au sein du 22e bataillon, CEC. Pour sa conduite lors d’un raid survenu au cours de la nuit du 27 au 28 mai 1918, Brillant mérita la Croix militaire britannique.
Brillant mérita la Croix de Victoria pour ses actions lors des deux premiers jours de la bataille d’Amiens. Les 8 août 1918, près de Méharicourt en France, il chargea et captura une mitrailleuse allemande qui retenait l’avance du flanc gauche de sa compagnie. Au cours de cette action, il tua lui-même deux des mitrailleurs et fut lui-même blessé. Plus tard au cours de la journée, demeurant toujours à son poste, il mena deux pelotons à la victoire lors d’une attaque contre des positions ennemies après que sa compagnie fut à nouveau retenue par le tir des mitrailleuses.
Quinze mitrailleuses et 150 soldats ennemis furent capturés au cours de cette opération. Lors de cet assaut, il fut blessé une deuxième fois. Le lendemain, le 9 août, Brillant mena une autre attaque contre un canon de campagne allemand. Il fut de nouveau blessé, cette fois grièvement, mais il parvint à avancer encore de 200 mètres avant de tomber d’épuisement et de perte de sang. Le lieutenant Brillant mourut le lendemain.
Citation
Pour un acte de bravoure remarquable et pour son zèle hors du commun, alors qu’il était à la tête d’une compagnie qu’il conduit à l’attaque pendant deux jours, avec un courage inébranlable, une habileté et une initiative extraordinaires, la pénétration de l’attaque étant de 12 milles.
Le premier jour des opérations, peu après le début de l’attaque, le flanc gauche de sa compagnie est arrêté par une mitrailleuse ennemie. Le Lt Brillant charge et s’empare de la mitrailleuse, tuant de sa main deux mitrailleurs ennemis. Ce faisant, il est blessé, mais refuse de quitter son commandement.
Plus tard, le même jour, sa compagnie est arrêtée par un feu de mitrailleuses très nourri. Il fait personnellement une reconnaissance du terrain, organise un détachement de deux pelotons et fonce directement sur le nid de mitrailleuses. Quinze mitrailleuses et 150 ennemis sont capturés. Le Lt Brillant tue lui-même cinq des ennemis et est blessé une seconde fois. Il se fait panser immédiatement et une fois de plus refuse de quitter sa compagnie.
Subséquemment, cet intrépide officier repère un canon de campagne qui tire à bout portant sur ses hommes. Il organise immédiatement un détachement d’assaut, qu’il conduit droit au canon. Après avoir progressé d’environ 600 verges, il est de nouveau grièvement blessé. En dépit de cette troisième blessure, il continue d’avancer sur environ 200 verges, puis s’évanouit, épuisé et au bout de son sang.
Le merveilleux exemple du Lt Brillant durant cette journée inspire à ses hommes un enthousiasme et une détermination qui ont grandement contribué au succès de l’opération.
(London Gazette, no 30922, le 27 septembre 1918)

http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhh-dhp/gal/vcg-gcv/bio/brillant-j-fra.asp

Cette note est également disponible en: Anglais

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum