Brigadier-général Dollard Ménard

Peu de héros ont été aussi spectaculaires et médiatisés que le brigadier-général Dollard Ménard, que l’histoire québecoise connait maintenant comme le héros de Dieppe.

Né le 7 mars 1913, diplômé du Collège Militaire Royal de Kingston, il est l’un des rares officiers francophones de l’Armée régulière de 4 000 militaires d’avant la Deuxième Guerre mondiale. Après sa graduation, il avait été envoyé dès 1936 dans l’empire des Indes, et avait été exposé au combat en Inde, au Pakistan, et en Afghanistan. Lors du déclenchement de la guerre, il prend l’initiative de revenir au pays, traversant l’Asie via le Japon, Singapour, Hong Kong, où il sert avec la Royal Navy avant son retour au Canada.

Il est envoyé en Angleterre, prend le commandement des Fusiliers Mont-Royal en 1942, et devient le plus jeune chef de bataillon du Commonwealth. Il transforme l’unité en quatre mois pour en faire un bataillon de commandos efficaces, bien équipés et bien entraînés.

Le 19 août 1942, il mène le bataillon au combat lors du sanglant raid de Dieppe. Blessé cinq fois, il est ramené en Angleterre grâce au courage de certains de ses hommes. Rapatrié au Canada, décoré, on le fait parader à travers le pays comme héros pour mousser le recrutement. Son portrait est reproduit sur de grands posters, et on invite les jeunes canadiens à le venger.

À peine rétabli de ses blessures, on lui confie le commandement du Régiment de Hull au sein d’une brigade chargée de reconquérir l’ile de Kiska dans le Pacifique, alors aux mains des japonais. Il doit être de nouveau hospitalisé au moment où débute la campagne de Normandie, et on ne lui confie plus de commandement sur le champ de bataille.

À la fin des hostilités, promu colonel, il devient attaché militaire à Paris, puis chef d’état-major des forces de l’ONU chargées de surveiller la trêve entre l’Inde et le Pakistan au Cachemire. Revenu au pays et promu brigadier-général, il devient commandant du Secteur militaire du Québec.

Le brigadier-général Dollard Ménard s’est éteint à Montréal le 14 janvier 1997. En 2002, la ville de Dieppe décida de nommer en son honneur le passage menant à la plage où il avait combattu avec ses troupes soixante ans auparavant.

Le brigadier-général Ménard est titulaire de la Décoration canadienne, de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre française, de deux médailles pour service dans l’Armée des Indes, de la décoration de l’ONU pour service de paix, et de diverses autres médailles canadiennes. On lui accorda en 1993 la Médaille Bene Merenti de Patria, et, en 1994, il fut intronisé grand officier de l’Ordre national du Québec.

En 2005, grâce à l’aide financière d’un philanthrope, M. Ivonis Mazzalo, et de quelques membres de la famille régimentaire, les Fusiliers Mont-Royal purent récupérer les médailles du brigadier-général Dollard Ménard, que son fils avait mises en vente, et qui sont maintenant exposées au Musée régimentaire.

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum