1944-1945 Lieutenant-colonel J.A. Dextraze, DSO

Général Jacques Alfred Dextraze (Jadex) ( 1919-1993 )

dextraze

Né à Montréal, il étudie au Collège Saint-Joseph de Berthierville. Employé chez Dominion Rubber à titre de vendeur, il se porte volontaire en 1940 et joint les rangs des Fusiliers Mont-Royal. Enrôlé comme simple soldat, il est promu sergent en 1941 et Lieutenant en 1942 après avoir suivi un cours à Brockville, Ontario.

 
En octobre 1942, le Lieutenant Dextraze rejoint en Angleterre son Unité durement éprouvée par le raid de Dieppe. Sous les ordres du Lcol. Gauvreau, avec d’autres jeunes officiers, il entreprend de reconstruire l’unité et de la préparer à retourner au combat. Démontrant un grand leadership, il se consacre corps et âme à cette tâche et au mois de juin 1944, les Fusiliers Mont-Royal sont prêts à combattre.

 
Le 7 juillet 1944, le Major Dextraze débarque en France avec le Bataillon des Fusiliers Mont-Royal; il commande alors la compagnie D. Lors des durs combats pour la prise des fermes Beauvoir et Troteval, il réussit à reprendre cette dernière le 24 juillet 1944.
Le 1er août 1944, le Major Dextraze se mérite sa première DSO. lors de la prise de l’église de Saint-Martin de Fontenay. Suite à cette bataille, il acquiert le surnom de ”Mad Jimmy”. Le 25 décembre 1944, il est promu Lieutenant-Colonel et nommé commandant des Fusiliers Mont-Royal. Il commande le Régiment jusqu’à la fin de la guerre.
Lors de la campagne de Hollande, il se mérite une seconde DSO. lors de la libération de la ville de Groningen.

 
À la fin des hostilités en Allemagne, il se porte volontaire pour commander un bataillon de la division d’infanterie du Canada qui doit aller combattre dans le Pacifique. Le Japon se rend avant que les troupes puissent se déployer.

 
Après la guerre il est embauché par la Compagnie Singer Manufacturing de Montréal où il occupe la fonction de directeur des opérations forestières.
En 1950, à la demande des autorités militaires et sur les conseils des B.gén. Gauvreau et Sauvé, il accepte de reprendre le commandement d’un bataillon canadien-français pour combattre en Corée.
Commandant du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment, dont 30% des membres proviennent des Fusiliers Mont-Royal, il démontre encore une fois sa ténacité et son leadership dans la défense de la colline 355. En reconnaissance de ses services, il est fait Officier de l’Ordre de l’Empire britannique.

 
De retour de Corée, il occupe de nombreuses fonctions au sein du Ministère de la Défense. En 1962, il est promu Brigadier-Général et l’année suivante il part pour le Congo. Il commande le contingent canadien et occupe le poste de chef d’état-major de l’Opération des Nations-Unies au Congo.

 
En 1964, il dirige l’opération ”JADEX” pour évacuer les non-combattants des zones de conflit. Pour sa planification exemplaire et le leadership exceptionnel dont il a fait preuve, il est promu Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique. Il se voit aussi décerner par le gouvernement Belge la Croix de grand-officier de l’Ordre de la Couronne.
De retour au Canada, il continue de gravir les échelons. En 1966, il est promu Major-Général, en 1970 Lieutenant-Général et en 1972, Général. Il est alors nommé Chef de l’État-major de la Défense. Ainsi, fait exceptionnel, un individu qui s’est enrôlé comme simple soldat, finit par atteindre le plus haut poste de l’Armée canadienne.

 
En quittant l’Armée, il accepte le poste de président du Conseil des chemins de fer nationaux de 1977à 1982.

 
Le Général Jacques Alfred Dextraze est décédé le 9 mai 1993.

 
Autres décorations :
Chevalier de l’Ordre Très Vénérable de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Chevalier de l’Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem.
Chevalier de l’Ordre souverain et militaire de Malte.
Croix de grand-officier de l’Ordre de la Couronne (Belgique).

N.B. Il serait le seul canadien à avoir été promu au rang de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique.

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum