adjuc Guy Mainville


L’adjudant-chef R. Lessard, qui occupa le poste de sergent-major régimentaire de 1967 à 1969, fut le premier à détenir le grade d’adjudant-chef au régiment. C’est qu’avec l’unification des Forces armées canadiennes, les anciennes appellations de sergent-major de compagnie ou sous-officier breveté de deuxième classe et de sergent-major régimentaire et de sous-officier breveté de 1ere classe, furent remplacées par celles d’adjudant, adjudant-maître et adjudant-chef. Le poste de sergent-major régimentaire est donc devenu une fonction occupée par un adjudant-chef et non un grade comme tel.
 
Lessard fut remplacé par l’adjudant-chef Guy Mainville. Le nouveau sergent-major régimentaire, jusque-là sergent-major de compagnie, s’était enrôlé dans le régiment à 16 ans, en 1946, rejoignant son père, le sergent-major Armand Mainville, qui devait prendre sa retraite en 1960, après avoir servi 32 ans avec le régiment.
 
Le fils devait servir un aussi grand nombre d’années au régiment que son père. Les Mainville, père et fils, auront donc servi en tant que militaires, plus de 60 ans au régiment et l’adjudant-chef Mainville était encore fort actif à l’association des anciens sergents du régiment au moment du 140e anniversaire du régiment, en 2009. Les Mainville auront donc été attachés à l’histoire du régiment depuis plus de trois quarts de siècle.
 
L’adjudant-chef Guy Mainville devait se voir introniser en 1978, membre de l’Ordre du Mérite militaire (O.M.M.)

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum