Major-général L.R. Laflèche

Si le régiment des Fusiliers Mont-Royal peut s’enorgueillir, â juste titre, de compter un général qui exerça la plus haute fonction des Forces armées canadiennes, soit celle de chef d’état-major, il peut s’enorgueillir également que l’un de ses anciens officiers ait été, pendant plusieurs années, sous-ministre de la Défense nationale, un poste que bien peu de Canadiens français peuvent se vanter d’avoir exercé.

Il n’est donc pas étonnant qu’en 1932 le régiment ait voulu rendre hommage à l’un de ses anciens membres, le lieutenant-colonel L.-R. LaFlèche, D.S.O., titulaire de l’Ordre du Service distingué pour son héroïsme durant la Première Guerre mondiale, qui venait d’être promu sous-ministre de la Défense nationale. Le régiment avait alors tenu à tenir un grand banquet en son honneur au mess des officiers, auquel étaient présents tous les officiers de l’état-major du district militaire de Montréal et tous les régiments de la 11e brigade d’infanterie, la brigade canadienne-française de Montréal.

Pour LaFlèche, qui devait terminer sa carrière militaire avec le grade de major général, il s’agissait de sa première fonction officielle à Montréal depuis sa nomination. Prenant la parole à cette occasion, le lieutenant-colonel Dorval, qui commandait le régiment à l’époque avait déclaré que la promotion de LaFlèche avait rempli de joie le cœur de tous les Canadiens français. Le régiment, ajouta-t-il, était orgueilleux de voir l’un de ses anciens officiers parvenu à un aussi haut poste.

Le général LaFlèche devait souvent revenir à son ancien régiment. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, il avait insisté, lors d’une allocution à notre manège, sur la nécessité pour les Fusiliers de revenir aux anciennes traditions militaires canadiennes-françaises et c’est à la suite de ce discours que le lieutenant-colonel J.P. Gauthier avait, dans les années 1950, fait ajouter la tuque et la ceinture fléchée à la tenue de gala que portaient alors les officiers avant la fusion des Forces armées canadiennes en 1968.

Le général LaFlèche a eu une brillante carrière dépassant la vie militaire. Il fut notamment vice-président du Conseil national de la défense, attaché militaire à Paris, sous-ministre adjoint puis sous-ministre associé des Services de guerre durant la Deuxième Guerre mondiale. Par la suite, élu député fédéral d’Outremont (il avait alors battu Jean Drapeau), il fut successivement ministre des Services de guerre, puis, après le conflit ambassadeur du Canada en Grèce puis haut-commissaire du Canada en Australie.

Pierre Vennat

Les fusiliers Mont-Royal Nunquam Retrorsum